Entrevue: les pires gaffes des candidats

Entrevue: les pires gaffes des candidats

Stressés, certains candidats commettent parfois de très grosses gaffes en entrevue. Des spécialistes du recrutement juridique nous racontent quelques anecdotes.
Passer une entrevue est rarement une partie de plaisir. Stress, inconfort, peur de ne pas donner une bonne impression: certains candidats se font remarquer et pas toujours pour les bonnes raisons.
Si le recruteur et l’employeur potentiel se souviennent d’eux, c’est peut-être plus à cause des gaffes qu’ils ont commises que pour la prestation qu’ils ont fournie.
Le site CareerBuilder a mené une enquête auprès de 2 201 professionnels du recrutement et responsables des ressources humaines. 49% déclarent savoir en moins de cinq minutes si un candidat va convenir pour le poste ou non. Mais certains, de par leur attitude, leur facilitent la tâche!
Stressé, j’oublie tout
Bien souvent, c’est le stress qui sera la première cause des erreurs, allant jusqu’à occasionner certains oublis. Il est arrivé à bon nombre d’entre nous de ne pas penser à éteindre la sonnerie de son cellulaire. Et selon la mélodie, l’embarras peut être plus ou moins grand.
«En entrevue, la sonnerie du téléphone d’une candidate s’est mise à jouer. C’était la musique de “La Petite Sirène”, et elle n’était pas toute jeune», se souvient Emily Gourley, recruteuse chez ZSA.
Avec l’angoisse viennent aussi parfois des trous de mémoire, ou à l’inverse une propension à parler sans s’arrêter.
«Nous avons eu des candidats qui, interrogés sur un des mandats qu’ils ont accomplis, se trouvent incapables d’expliquer ce qu’ils ont fait, ou au contraire vont parler pendant quinze minutes sans se rendre compte qu’ils irritent leur interlocuteur», explique Me Dominique Tardif, directrice de ZSA.
D’autres candidats adoptent une attitude un peu trop familière et manquent de retenue. Alors qu’elle rencontrait un candidat, Émilie Gourley se souvient qu’il s’est senti si à l’aise pendant l’entrevue qu’il a mangé six chocolats promotionnels posés sur son bureau. «Et quand il a quitté, il a emporté deux balles anti-stress pour les donner à ses enfants. Il a maximisé sa rencontre!».
Si votre interlocuteur vous offre la possibilité de lui poser des questions à la fin de la rencontre, il peut être opportun de la saisir. Mais la modération a toujours meilleur goût. «J’ai vu des candidats questionner l’employeur pendant près d’une heure; il ne s’agit pas d’inverser les rôles», souligne Me Tardif.
Avoir une attitude respectueuse n’est pas toujours en tête de liste des comportements à adopter pour tout le monde. Arriver en retard sans même s’excuser ou tutoyer son interlocuteur sans son accord au préalable ne sont définitivement pas des attitudes gagnantes.
Toute la vérité, rien que la vérité?
Un minimum de préparation est aussi nécessaire pour maximiser ses chances d’être retenu. Renseignez- vous sur l’employeur et mettez un point d’honneur à retenir son nom. Saluer son interlocuteur en l’appelant par le nom de quelqu’un d’autre donne un mauvais ton à la rencontre.
Rappelez vous aussi que toute vérité n’est pas bonne à dire. À la question: «Qu’est-ce qui vous motive dans le poste proposé?», la réponse «la proximité de mon domicile» ne devrait pas être la première raison que vous donnez.
«En entrevue pour un poste en entreprise, un candidat a indiqué que son défaut était de ne pas être capable d’avoir un bon jugement d’affaires. Ça s’est éteint ici», se souvient Me Tardif.
Mais attention de ne pas être trahi par votre comportement: «Un candidat à qui on a demandé de se décrire a ouvert son cartable, sorti une feuille et a dit qu’il était une personne très spontanée», raconte Me Raphaelle Dupras-Leduc, recruteuse chez ZSA.
Vous-en voulez encore? Voici la liste de CareerBuilder des pires gaffes des candidats relevées par les recruteurs et les responsables des ressources humaines:
Dans la catégorie comportement:
– une candidate a déclaré avoir pris des calmants et que l’entrevue ne pourrait pas révéler sa vraie personnalité;
– une candidate est rentrée dans le mur de l’entreprise avec sa voiture juste avant l’entrevue;
– un homme a demandé les coordonnées de la réceptionniste parce qu’elle lui plaisait beaucoup;
– une candidate a fondu en larmes lorsque l’employeur lui a demandé s’il avait facilement trouvé son chemin;
– un homme est resté bloqué face à une porte qu’il tirait… alors qu’il y était marqué «Poussez»;
– un candidat a loupé sa chaise en s’asseyant;
– jugeant qu’il n’était finalement pas fait pour la job, un candidat a donc choisi de se lever en pleine entrevue en soupirant «Tant pis, j’abandonne», avant de partir!
Dans la catégorie culot ou inconscience:
– une candidate discutait sur Facebook en même temps qu’elle répondait aux questions;
– un autre s’est présenté avec un T-shirt qui disait «Je déteste le travail»;
– un candidat a pris la liberté d’appeler son interlocutrice «Ma petite vieille»;
– une autre n’a pas jugé bon de retirer ses écouteurs pendant la discussion;
– un candidat a harcelé la recruteuse pour connaître son adresse et lui faire livrer des fleurs…


Leave a Reply

Your email address will not be published.