Votre 2e chance de faire bonne impression

Votre 2e chance de faire bonne impression

J’ai passé une entrevue pour LE poste de ma vie. J’étais tellement nerveuse que cela m’a défavorisée. Comment faire oublier à la personne rencontrée cette première mauvaise impression? Car si un nouveau poste s’ouvre au même endroit, je voudrai postuler de nouveau, c’est sûr. – Annie

Chère Annie,

Ah ce fameux dicton : « Nous n’avons pas une deuxième chance de faire une bonne première impression »!

Malgré les dizaines d’articles qu’on retrouve dans « les Internets » sur l’importance que revête la première impression, il n’y a pas lieu de vous inquiéter outre mesure.  La première impression offre la chance aux coureurs de partir avec une longueur d’avance, mais elle ne garantit pas la victoire à la ligne d’arrivée.

On convient que vos chances d’obtenir le poste tant convoité ont été épuisées, malheureusement. Il ne vaut pas la peine de vous acharner auprès de l’employeur et tenter par tous les moyens de le convaincre de votre savoir-faire  – vous aurez l’air désespérée – ce n’est pas souhaité!

Mon conseil est plutôt le suivant : attendez qu’un prochain poste à combler, correspondant à votre expérience, se présente chez cet employeur. À ce moment, décrochez le téléphone et appelez la personne responsable du recrutement. Prenez un ton calme, posé, assuré et ayez un sourire dans la voix. Sans vous apitoyer, sans être quémandeur, proposez à votre interlocuteur de vous rencontrer à nouveau et expliquez-lui le contexte de l’entrevue précédente. Cette approche aura comme effet de démontrer au recruteur votre professionnalisme, mêlé à une pointe de détermination.

N’oubliez pas également d’ajouter une ou deux lettres de référence lorsque vous enverrez votre CV à nouveau. Elles viendront appuyer votre candidature et attesteront elles-mêmes de vos capacités.

Soyez attentive à mon prochain article; il offrira des trucs pour arriver bien préparé mentalement et physiquement à son entrevue.

Je vous souhaite bonne chance pour la suite!

Emily Gourley


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *