Annoncer sa démission, une affaire de réputation

Annoncer sa démission, une affaire de réputation

Comment annoncer mon départ à mon employeur actuel? Quelle formulation serait la plus appropriée? Quel est le meilleur moment? – Gabrielle R.

La réputation est une considération sociale qui se bâtit. Elle nous ouvre les portes sur des opportunités, mais peut tout aussi bien nous barrer la route si l’on ne l’entretient pas suffisamment bien. Tout au long de notre parcours professionnel, nous laissons des empreintes indélébiles, notamment dans les dossiers des entreprises pour lesquelles nous avons travaillé et dans l’esprit de nos anciens collègues. Quitter son employeur sur une note positive est non seulement possible, mais fortement recommandée. Voilà toute l’importance de soigner son départ et d’annoncer sa démission de manière professionnelle. Dans un petit marché, et cela vaut tout autant pour Montréal, nous n’avons pas le luxe d’opérer autrement.

Choisir les bons mots

Annoncer son départ requiert de la préparation. Le choix des mots pour exprimer son désir de quitter doit être réfléchi et le ton doit rester neutre. En psychologie, une des stratégies de bonne communication favorise l’utilisation du « je » lorsqu’on manifeste un mécontentement ou un inconfort. Cette astuce s’applique très bien dans le cadre d’une démission. La volonté de quitter est ainsi concentrée sur les objectifs personnels de l’employé : « je souhaite faire évoluer ma carrière. », « je recherche des conditions salariales qui répondent davantage à mes obligations financières ». On évite par le fait même l’utilisation du « tu », qui laisse transparaitre un ton accusateur, plaçant l’interlocuteur dans une position défensive. Certains vont également jusqu’à livrer un bilan positif de l’expérience acquise auprès de leur patron. L’idée étant ici de maintenir la bonne relation, malgré les circonstances.

Déterminer le moment opportun

Le moment le plus opportun pour en faire l’annonce est le vendredi, en fin de journée. Pour un patron, le départ soudain d’un employé a parfois l’effet d’une onde de choc. Bénéficier du week-end pour encaisser la nouvelle lui permet généralement de revenir le lundi avec une attitude plus pondérée et avec un plan d’action pour la suite. Dans les limites du possible, offrir un délai raisonnable avant son départ officiel est une manière de démontrer sa bonne foi : 2 semaines de préavis est une convenance répandue.

Suivre la ligne de communication

L’annonce d’une démission devrait se faire en personne, auprès d’un supérieur immédiat en tout premier lieu. La logique veut qu’un supérieur plus haut placé ou les ressources humaines soient les prochains avisés, les collègues étant bons derniers. Si les relations avec l’employeur sont particulièrement difficiles, au point où il serait ardu d’avoir une discussion, mieux vaut remettre une lettre de démission.

Malheureusement, personne ne peut prédire les réactions de son entourage, suivant l’annonce de son départ. Mieux vaut se préparer à toute éventualité et rester positif malgré l’atmosphère parfois tendue. C’est un bel investissement pour votre carrière.

Bonne chance!


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *