Levée du voile sur la mise à pied et le congédiement

Levée du voile sur la mise à pied et le congédiement

Je travaille dans le domaine du génie-conseil et j’ai été mise à pied au cours de mes 3 derniers emplois. Je crains que mon CV me fasse paraitre comme une personne instable. Devrais-je donc inscrire la raison de ma perte d’emploi sur mon CV?  – Monique

Place à la théorie

Tout d’abord, rappelons que « mise à pied », « licenciement » et « congédiement » ne sont pas des synonymes. Il faut savoir les différencier. Selon la Commission des normes du travail, la mise à pied est une suspension temporaire du contrat de travail entre l’employeur et le salarié. Le salarié mis à pied peut donc être rappelé au travail. Le licenciement est la rupture définitive du lien d’emploi par l’employeur pour des motifs économiques, organisationnels ou techniques. Quant au congédiement, il s’agit également d’une rupture définitive du lien d’emploi, mais cette fois pour des motifs liés aux compétences ou aux comportements du salarié.

Le non-dit des employeurs

Dans le cadre de la mise à pied massive ou du licenciement collectif, l’employeur sélectionne les postes à couper ou à restructurer généralement selon ces trois facteurs : l’ancienneté, le volume de la charge de travail, ou encore, le rendement. Bien que difficile à déceler, il arrive également qu’un congédiement soit déguisé en licenciement.

Si vous figurez parmi les employés mis à pied ou licenciés, assurez-vous donc d’obtenir de bonnes références, ainsi qu’une lettre de recommandation de votre supérieur qui témoigne de votre savoir-faire ; sans quoi, un prochain employeur pourrait croire qu’un rendement insatisfaisant soit la source de la suppression de votre poste, pour les raisons citées précédemment.

Votre CV

L’instabilité peut s’immiscer au sein de n’importe quel type d’entreprise, qu’elle soit privée, publique, grande, moyenne ou petite. Un employé salarié n’est pas à l’abri d’une mise à pied ; il s’agit parfois tout simplement de mauvaise chance. Il peut donc être pertinent d’inscrire au CV les raisons qui ont mené à la fin d’emploi, surtout si elles sont purement liées aux décisions d’affaires de l’entreprise. En voici deux exemples : mis à pied dans le cadre de la fermeture d’un département; ou encore : Licenciement collectif suivant une restructuration, ayant touché 30 postes. Dans les circonstances d’un congédiement, n’en faites pas mention à votre CV ; il est hautement préférable d’en discuter de vive voix avec un futur employeur.

Pour d’autres conseils pratiques sur la rédaction d’un CV, visitez notre site web. https://www.zsa.ca/fr/preparation-dun-curriculum-vitae/.


Leave a Reply

Your email address will not be published.